PATIENCE AVEC LES EPERVIERS !

c’est bientôt le début des éliminatoires du Mondial 2022. Le Togo est concerné avec les Eperviers qui seront en ligne de mire. Depuis le départ de Claude Le Roy tous les regards sont tournés vers le nouveau locataire du siège du staff technique des Eperviers. Il s’agit bel et bien du technicien portugais Paulo Duarte. L’homme prendra fonction dans quelques semaines pour cornaquer la sélection togolaise. En attendant son arrivée dans la capitale togolaise, c’est son adjoint désigné, Jonas Kokou Komla qui assure l’intérim. Ce dernier est naturellement en contact régulier avec le titulaire du poste Paulo Duarte. C’est bien Jonas Kokou Komla qui a dirigé l’équipe pour le stage de la Turquie, soldé par une victoire sur la Guinée et une défaite contre la Gambie. Résultats mitigés. Pas plus. Mais le constat est clair que l’équipe est en gestation et a pu produire du jeu. Contrairement à ce à quoi les Togolais étaient habitués depuis quelques temps déjà. Il n’est pas superflu de rappeler que Claude Le Roy a habitué les Togolais à des défaites malgré les moyens colossaux mis à sa disposition. Etait-il seul responsable de cet échec cuisant par rapport à la performance des Eperviers ? A chacun d’y répondre. Tout compte fait, Claude Le Roy est désormais parti. Un nouveau staff technique est a été nommé pour conduire la destinée de la sélection nationale. Il est désormais clair qu’il faut tenter  d’oublier cette période très critique des Eperviers. Mais il est aussi vrai que pour oublier cette période faste des Eperviers, il faut impérativement que les résultats soient positifs. Et c’est dans cette optique que la décision de nomination d’un nouveau staff technique a été bien accueillie par le public sportif et les supporters des Eperviers du Togo. Un nouvel espoir est en train de naitre. Les Togolais ont poussé un ouf de soulagement à cet effet. Mais c’est ici que le problème peut se poser. Aujourd’hui tous les regards sont tournés vers le nouveau staff technique qui a obligation de résultats. Il y a une évidence qu’il faut reconnaitre et la relever. Les résultats ne viendront pas par baguette magique. Un déséquilibre de cinq ans ne se répare pas en quelques jours ou semaines. Il faut bien analyser les choses et procéder par étape. Bien que la mission confiée au nouveau staff technique est de qualifier le Togo pour le Mondial 2022, il faut reconnaitre que ce sera très difficile. Mais impossible. C’est certainement un discours politique prononcé par Mme le Ministre Lidi BESSI-KAMA.

Et cela se comprend. Mais pas lorsque le président de la Fédération togolaise de football aussi le reprend dans un ton totalement guerrier, il y a lieu de s’interroger. L’envie est grande sur tous les plans.  Mais c’est clair qu’avec le recul, toute raison gardée, il faut éviter de trop mettre la pression sur ce staff qui a besoin non seulement de sérénité mais aussi de temps pour réorganiser la sélection et préparer les esprits à comprendre la nécessité de rechercher des résultats à travers des victoires. Cela se construit par étape. D’où la nécessité de préparer le public sportif à comprendre la situation. Les résultats peuvent tarder à arriver. Il faut impérativement être patient et tolérant.

Aimé EKPE