Théophile Kpakpo Koumi, entraineur de Athleta FC : « Notre consécration n’est pas un titre volé… »

Le 23 septembre dernier s’est jouée la finale du championnat national de football féminin de première division avec le sacre d’Athleta FC de Lomé devant Djabir FC de Tandjouaré, battu 3 buts à 0. A la tête du staff technique de l’équipe d’Athleta FC bientôt cinq ans, Théophile Kpakpo Koumi a remporté son premier titre de champion. Il nous parle des épisodes qui ont marqué la consécration de son équipe et les perspectives. Le parcours a été semé d’embûches pour l’équipe championne du Togo.

Votre équipe est sacrée championne de la saison, une consécration au bout d’une longue peine.

Evidemment. Ce championnat a été très dur pour nous. Du regroupement jusqu’au terrain nous avons franchi beaucoup d’étapes. Dans la phase de regroupement, vous savez bien que les filles n’ont plus joué cela date de plusieurs mois et reprendre la forme physique d’une fille en un temps record c’était très difficile, raison pour laquelle vous allez constater qu’au début du championnat on a eu du mal à se retrouver. J’avais déjà prédit qu’on pourra peut-être nous retrouver à partir de la sixième journée. Les matches de la phase aller ont constitué pour nous un vélo pour essayer de s’aguerrir et corriger nos lacunes. Vous aurez constaté que lors de la phase aller nous avons eu du mal dans la phase défensive avec de mauvais déplacement des joueuses. Outre cela, il y a eu de ces faits qui nous ont marqué. Pour le match contre Amis du monde, c’est aux vestiaires qu’on nous signale que deux de nos joueuses titulaires sont positives après le test PCR. La même situation s’est aussi posée à la veille du match des playoffs contre la même équipe. Et c’est notre meilleure gardienne qui est testée positive. Imaginez ce que cela pouvait créer sur le plan mental. La gardienne qui l’a remplacé n’a jamais disputé un match de championnat. Après être qualifié pour la finale, notre adversaire, Amis du monde, a porté une réserve contre certaines de nos joueuses jugées non qualifiées pour disputer le championnat. Il leur était reproché d’avoir joué deux différents championnats au cours d’une même saison. Dans la foulée, la Fédération Togolaise de Football a reporté la finale mais nous avons continué les séances d’entrainement parce que nous avons estimé que nous sommes dans la légalité. La commission de discipline de la FTF qui a été saisie du dossier a rendu sa décision qui était en notre faveur. Autant de faits auxquels nous nous sommes préparés. Ce sont ces genres de situations que nous avons vécues et qui ont été très dures à supporter. Tout a été joué sur le plan mental. Et c’est le lieu de remercier tous les dirigeants, mes collaborateurs et surtout les joueuses qui ont tout donné. Notre consécration n’est pas un titre volé mais c’est le fruit d’un travail minutieusement préparé.

Votre adversaire Djabir FC de Tandjouaré a été la révélation de ce championnat. Comment est arrivée la réussite contre cette équipe qui a surpris plus d’un dans le septentrion ?

Léquipe de Djabir était un inconnu pour nous. Nous avons compté sur nos propres forces pour parvenir à nos fins. Il y avait la solidité, l’état d’esprit, et le mental de l’équipe qui ont contribué à dominer cet adversaire. Nous avons misé sur notre attaque et les joueuses ont été préparées pour cette finale car il y a une place pour la Ligue africaine des champions qui est en jeu. Tant qu’on ne connait pas l’adversaire, on joue notre jeu et marquer en premier lieu.

Comment s’explique cette métamorphose de l’équipe après la saison régulière ?

Qui veut aller loin ménage sa monture, dit-on. Nous avons eu des faiblesses pendant la phase régulière du championnat et nous les reconnaissons. Ces insuffisances ont été comblées match après match. Mais nous avions nos intentions sur l’avenir, ce qui fait qu’au fur à mesure que nous avancions, nous avons procédé à de nouveaux recrutements pour renforcer les secteurs défaillants. Seulement, nous avons voulu évaluer le groupe existant pour voir s’il peut tenir jusqu’aux playoffs. Ce groupe a alors tenu le câble, raison pour laquelle les recrues ne l’avaient pas aussitôt intégré. Le nouveau groupe composé des recrues a été une surprise pour nos adversaires à l’étape des playoffs et cela a été payant. L’intersaison a été d’un grand apport pour nous car elle nous a permis d’étoffer notre effectif et d’avoir un banc très garni.

Vous avez à présent le titre de champion, il y a la nouvelle saison sportive qui s’annonce pour le mois de décembre et les éliminatoires de la Ligue africaine des champions qui vous ouvrent les bras. Comment allez-vous s’y prendre ?

La saison qui nous attend ne sera pas facile. Outre le championnat national, il y a la campagne continentale. Il faut se préparer pour bien représenter la nation. Quand on est équipe championne, on assume. Cette fois-ci que le championnat démarre en décembre, nous allons nous préparer pour mieux affronter nos adversaires. Nous serons attendues par nos adversaires et notre objectif est de conserver le titre de champion. Toutes les faiblesses constatées seront corrigés et l’équipe sera rôdée pour mieux affronter les échéances futures. Nous nous attelons déjà à la tâche avec de nouveaux recrutements pour bâtir une équipe solide capable de rivaliser avec les autres équipes du continent.

Réalisée par Mawussé MELEGNA