CAN Féminine 2022 : Les Eperviers Dames peuvent-elles créer la sensation ?

323

La qualification des Eperviers Dames pour la CAN Féminine Maroc 2022 relève de l’exploit. Personne ne les attendait. Mais, les Eperviers Dames ont surpris positivement en se hissant parmi les 12 meilleures nations sur le continent. Cet exploit pourra-t-il se poursuivre lors de la phase finale ? C’est la question qui taraude les esprits.

Une analyse de votre rédaction pour juger les chances de la sélection féminine au Maroc dans quelques semaines. Puisqu’elle entre en lice le 3 juillet 2022 face à Tunisie.

Un Groupe relevé

Depuis le 29 avril dernier, Tométy Kai et ses joueuses sont fixées sur leur sort. Elles sont tombées dans un groupe relevé. Une poule B avec le Cameroun, la Zambie et la Tunisie.

Les Lionnes Indomptables du Cameroun font partie des meilleures nations de football féminin sur le continent. Elles disposent en leur sein des joueuses de classe mondiale comme Ajara Nchout Njoya (Inter Milan), Aboudi Onguéné (CSKA Moscou). L’ambition pour cette édition est claire ; remporter enfin le premier titre continental. Les Copper Queens de la Zambie montent en puissance. Ayant disputé les JO 2020 au Japon l’été dernier, l’équipe est également ambitieuse avec des joueuses clés comme Grace Chanda, Barbara Banda. Quant aux Aigles de Carthage de la Tunisie, elles ne sont pas une référence dans le football féminin. Elles font leur retour de Coupe d’Afrique des Nations après 14 ans d’absence mais restent une équipe imprévisible.

Des préparatifs moyens des Eperviers Dames

Les préparatifs des Eperviers Dames ne riment pas avec la grosse tâche qui les attend au Maroc face à des adversaires valeureux. Deux stages avec des résultats mitigés lors des matchs amicaux. Une défaite (6-1) contre l’équipe masculine des U20 de l’Académie Future Soccer. Un nouveau revers (3-0) face à Ampem Darkoa Ladies, les championnes en titre de la Premier League du Ghana.

Le constat est clair. L’attaque du Togo est muette. Et sa défense est perméable. Un but marqué et 9 encaissés en seulement deux matchs contre des adversaires qui ont un niveau en-deçà des adversaires dans le Groupe B de la CAN 2022. Des doutes subsistent.

Les Adversaires montent en régime dans leurs préparations

Crédit Photo : Didier Lefa

Les préparatifs du Togo contrastent avec ceux de ses adversaires. Le Cameroun a rencontré par deux fois le Sénégal, également qualifié pour la CAN 2022. Les Lionnes Indomptables ont fait un match nul (2-2) avant de s’imposer (1-0) au stade de la Réunification de Bepanda. Le 25 juin prochain, elles vont affronter la France avant de rejoindre le Maroc. La Zambie, déjà au Maroc, a joué un match amical contre le pays organisateur. 1-1, score final. Les deux cadors du Groupe B s’activent énormément et assument déjà leurs statuts.

L’inquiétude de la sélectionneure Tométy Kai

Après ces deux stages de préparations, Tométy Kai et son staff technique ont du travail à faire. La sélectionneure le reconnait d’ailleurs. A exactement 12 jours du premier match du Togo à la CAN 2022 contre la Tunisie, la patronne des Eperviers doit faire un véritable travail de fond. Avoir un vrai collectif capable de défendre en laissant moins d’espaces aux adversaires et attaquer en surnombre pour trouver la faille dans la défense adverse, sera certainement l’objectif. Puisque face au Cameroun et la Zambie notamment, toutes les erreurs seront exploitées parfaitement et vont mettre l’équipe en difficulté. Avoir surtout cette base défensive pour repousser les assauts des adversaires. Mettre en place une telle équipe en si peu de temps ne sera pas du tout aisé.

« Certes nous avons commis des erreurs tactiques, des erreurs de placement. Ce qui a fait que nous ayons des difficultés sur le plan défensif. Nous allons corriger ces aspects« , a déclaré la sélectionneure de l’équipe nationale féminine après la défaite 6-1 contre Future Soccer.

La détermination, l’optimisme des joueuses et des dirigeants

Lors des éliminatoires, les internationales togolaises ont montré qu’elles peuvent déplacer les montagnes. Ayant arraché la victoire dans les ultimes secondes au stade de Kégué contre le Gabon, elles ont récidivé à Libreville dans des conditions catastrophiques. Elles ont eu un mental très fort pour pouvoir surmonter les obstacles et pièges tendus par l’organisation gabonaise.

Les joueuses le savent. La CAN Féminine est une belle vitrine. Une occasion en or pour se vendre. Même si le Cameroun, la Zambie et la Tunisie sont en face, Nathalie Badate et ses coéquipières n’occultent pas un exploit au Maroc.

Une des joueuses essentielles de Tométy Kai, Lucie Gantim de Tempête FC veut frapper un grand coup pendant la CAN : « Nous sommes en pleins préparatifs. Nous allons corriger nos erreurs et nous allons nous améliorer lors des prochaines sorties… Là où on ne nous attend pas, nous y arriverons« , a-t-elle déclaré au terme du match contre Future Soccer.

Du côté des dirigeants, c’est le même son de cloche. Pour le Ministre des Sports, Dr Lidi Bessi-Kama, l’objectif dans le royaume chérifien est de créer la sensation : « Nous irons au Maroc non pas pour faire de la figuration mais pour marquer les esprits« , a-t-elle fait savoir au lendemain de la qualification des Eperviers Dames.

Président de la FTF, Guy Akpovy est dans la même dynamique : « Nous irons au Maroc avec l’objectif de bien représenter le Togo« .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.